Pour la Journée Internationale des Femmes, Martine Moïse s’est rendue à Anse-à-Foleur.

La Première Dame de la République d’Haïti, Martine Moïse, a commémoré la Journée Internationale des droits de la Femme, le mardi 4 mars 2020, à Anse-à-Foleur, une commune de l’arrondissement de Saint Louis du Nord, dans le département du Nord-Ouest.

 

C’est dans une ambiance de convivialité que la Première Dame de la République d’Haïti, Martine Moïse a célébré, le mardi 4 mars 2020 à Anse-à-Foleur, la Journée Internationale des Droits de la Femme. Plus d’une cinquantaine d’associations de femmes provenant de l’Anse à Foleur, St Louis du Nord et de Port de Paix y ont pris part.

 

« Je suis de la génération égalité : levez-vous pour le droit des femmes » a été le thème international pour cette année. Et notre thème national : «  Egalite Fanm ak Gason dwe bousòl pou respè dwa Fanm ».

 

Cette cérémonie était l’occasion pour Martine Moise, de réaffirmer sa détermination à soutenir la lutte pour l’égalité et l’amélioration du statut de la femme.

 

Dans ses propos de circonstance, Martine Moïse a mentionné les avancés enregistrés dans la lutte pour l’égalité des sexes dans notre pays durant les dernières décennies, notamment, le décret pour condamner la violence faite aux femmes et aux filles (2005) ; le décret électoral concernant le quota de 30% de femmes dans les élections municipales (2005) ; la publication du document sur la politique de l’égalité femmes hommes (2014) et la loi sur la paternité, maternité et la filiation (2014).

 

Elle a également mis l’accent sur le fait que l’année 2020 sera l’occasion pour la communauté internationale d’évaluer le programme Beijing mais aussi un cap quinquennal dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). C’est également le 20ème anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité.

 

Pour clôturer la cérémonie, Martine Moïse a partagé un dîner avec les invités et distribué de nombreux cadeaux. Ils n’ont pas caché leur sentiment de satisfecit de pouvoir accueillir pour la première fois dans leur commune, l’épouse d’un président en fonction.